Cyril Meunier propose un référendum aux parents d’élèves

D’après le journal de Lattes, Cyril Meunier propose un référendum aux parents des enfants scolarisés de la commune.

La semaine de quatre jours et demi, dans les écoles maternelles et élémentaires, souhaitée par le ministre de l’Éducation nationale, doit entrer en vigueur à la rentrée 2013 en réintégrant le mercredi matin à la semaine scolaire. Le maire de Lattes avait promis de tout mettre en place dès la rentrée 2013, cependant, la municipalité a la possibilité de demander le report de sa mise en place en septembre 2014. La municipalité a décidé de laisser les parents d’élèves lattois choisir par référendum la date (septembre 2013 ou 2014) de la mise en œuvre de cette réforme voulue par le gouvernement. Chaque famille a reçu ou recevra dès le lundi 18 janvier, un bulletin de vote, à remettre à l’école ou en mairie entre le 21 février et le 19 mars. Le dépouillement public du vote aura lieu le mercredi 20 mars à 18 h à la salle du conseil municipal. Les résultats seront rendus officiels lors de la séance de conseil du mercredi 27 mars.

Nous saluons l’initiative de Cyril Meunier qui semble avoir suivi idée déjà réalisée par d’autres communes. C’est une très bonne idée et en effet la seule qui démarque vraiment le politique sur la commune de Lattes. D’autres référendums doivent avoir lieu. Notamment à propos de la vidéosurveillance comme nous l’avons suggéré dans l’article: Vidéosurveillance un vrai sujet de référendum.

Mais ce n’est pas encore suffisant. Le politique doit cesser de laisser se répandre l’idée que l’Europe n’a aucune influence sur la politique locale, car c’est évidemment une fausseté radicale qui doit être combattue par une campagne honnête. Autant dire que ce sera le critère pour connaître qui seront vraiment les candidats des élections municipales 2014.

La chronique du Maire et Le mensonge par omission

Nous ne pouvons plus laisser aucun maire de Lattes cacher à ses concitoyens la vérité sur les institutions françaises. Lorsque quelqu’un ne dit pas une vérité que pourtant il devrait énoncer clairement, compte tenu des circonstances, on dit qu’il ment par omission.

Cyril Meunier, maire de Lattes, écrit Lattitudes (le journal municipal): « Les ménages sont confrontés aux difficultés de la crise, j’ai donc constitué un budget sans augmentation des taux des taxes d’habitation et foncières communales. Cela fait 5 ans que nous n’avons pas touché à ces taux. Nous devons supporter le gel des dotations et des subventions de l’Etat ainsi que celles des collectivités territoriales. Par ailleurs nous constatons une augmentation des prix bien au delà de l’inflation des biens que nous consommons principalement (électricité, essence, gaz, linéaire bitume et tuyaux,…).« 

Il y a un gros mensonge par omission dans ce texte. Voyez-vous lequel? Comprenez-vous la gravité de cette omission de la part d’un élu tirant sa légitimité des institutions de la Vème république? Cyril Meunier représente à Lattes les institutions de la République française, il a donc une responsabilité à cet égard et il doit des comptes aux citoyens.

Il vous parle de la hausse des prix des biens que nous consommons principalement. Il cite plusieurs exemple, le gaz, le bitume, l’électricité, etc. Prenons l’exemple de l’électricité, c’est-à dire l’EDF. Il ne vous dit pas que l’EDF a été livré au privé il y a peu, et que c’est le destin de tous les services publics, y compris l’école, conformément aux accords internationaux. La France n’a rien a voir là-dedans. L’Etat français non plus.

En effet, la législation européenne qui gouverne les élus, y compris les élus locaux, impose à la France l’ouverture de nos services publics à la concurrence, en vertu des accords internationaux. L’Etat français est parfaitement impuissant. C’est l’EDF qui mène la danse, par l’intermédiaire des pouvoirs de Bruxelles. Par exemple, demandez-vous ce que fait EDF comme sponsor du Center for European Reform.

Center for European Reform, vous ne comprenez pas ce que c’est? Centre pour la réforme européenne. Un de ces nombreux réservoirs de la pensée des puissants financé par le gratin du pouvoir économique, et dont la premier mission, le premier but est de conseiller, avec de gros moyens, les fonctionnaires et les élus de Bruxelles. Tandis que par ailleurs l’Union européenne se réserve l’exclusivité des pouvoirs politiques, ne laissant aux états que le droit de statuer sur des sujets mineurs, secondaires, comme le mariage gay, le cannabis ou le tourisme.

Se contenter de parler de gel des dotations et des subventions de l’Etat ainsi que celles des collectivités territoriales n’est donc pas acceptable pour un élu de la Vème république. Il devrait dire que l’Union européenne ayant désactivé la constitution française, ayant privé les élus de toutes leurs compétences, ayant livré le marché de l’électricité, du gaz, etc, à la concurrence, il n’a plus, lui, comme maire de Lattes, qu’à gérer la volonté des consortiums aux frais du contribuable.

Il devrait vous expliquer que le droit européen est tellement aux services des grands actionnaires, qu’il permet à la Poste d’embaucher des chinois pour distribuer le courrier, et de les payer au prix du travailleur chinois. Si les élus, qui savent cela, ne le permettent pas encore, c’est qu’il craignent encore un peu l’opinion publique. J’ai bien dit un peu. Car partout, discrètement, les verrous sautent.

En conséquence de quoi, votre maire devrait vous dire qu’il est dans une situation de trahison relativement à la république, de mensonge absolu relativement aux citoyens, et d’obéissance totale relativement aux grandes puissances d’argent. Il n’est que le gestionnaire impuissant de la rigueur. Le serviteur docile du serrage de ceinture.

Cyril Meunier est vice président d’agglo, conseiller général, aspirant député. Qui peut croire qu’il ne connait pas le contenu des Traités de l’Union Européenne? Personne. Plutôt que de l’accabler, cessons de défendre les candidats qui ne prendront pas position clairement sur ce sujet, et qui prétendront avec leur grands airs, leur sourire démagogique et leur communication, faire de la politique à Lattes.

La Constitution française est-elle nationaliste?

L’emploi de l’adjectif « nationaliste » ne doit pas faire oublier que la Constitution de la Vème république française affirme, dès le Titre 1, que la souveraineté est nationale et qu’elle s’exerce par le peuple et pour le peuple. L’hymne, la devise et l’emblème de la République sont également nationaux.

Cela signifie que le terme « nationaliste » est un épouvantail qui risque d’éloigner le citoyen de la République, la nation étant constitutive de la souveraineté et lui servant de base. Ce termes est utilisé par ceux qui dénoncent l’attaque de nos institutions par les traités européens. Voir notamment le commentaire de Josyan Olivia, candidat à la mairie de Lattes pour l’UMP.

Le terme « nationaliste » est donc un pléonasme. Il dit deux fois la même chose, comme « monter en haut« . Car il suffit qu’un citoyen s’exprime pour le faire au nom de la nation. Cela va de soi, c’est inclus dans l’idée de citoyenneté. C’est comme si l’on disait « une femme femelle« , ou un « mâle homme« 

Il ne faut pas se laisser intimider par le terme, utilisé souvent, à tort, par les défenseurs de la démocratie eux-mêmes, et qui a pour effet de porter atteinte au principe même de l’institution de la République. C’est à dire de la démocratie.

L’article premier de la Constitution affirme en effet que la République est une démocratie laïque, sociale et indivisible.

Lorsqu’on est républicain, on adopte donc le principe de la nation, de la même façon qu’on adopte les termes de la devise « liberté, égalité, fraternité ». Ce qui ne fait pas de nous des « libertistes, égalitaristes et fraternistes« .

Il ne faut pas se laisser intimider par le terme « nationaliste« , souvent utilisé par ceux qui connaissent mal le droit de la République, et qui connaissent tout aussi mal les dommages peut-être irréversibles qu’elle est en train de subir de la part de ceux qui sont censée la défendre.

Le terme « nationaliste » n’est donc pas seulement pléonastique et absurde, il est nuisible, et je vous invite à lui faire un sort chaque fois que vous l’entendez prononcé par quelqu’un, afin que votre interlocuteur reprenne conscience de sa capacité et de sa qualité de citoyen de la République française.

Lire aussi: Cyril Meunier défend-il la constitution française?

Josyan Olivia (UMP): Blanc bonnet veut s’opposer à Bonnet blanc

Chez nous, à Lattes, on veut préserver notre cadre de vie, on ne veut pas que notre commune se transforme en banlieue. Ce qui est plus ou moins prévu par les gestionnaires de la fatalité, qui disent que l’expansion urbaine et la désertification rurale c’est inévitable, et donc c’est le progrès. Il disent aussi que la métropole c’est l’Europe, et l’Europe aussi c’est fatal. Même quand vous n’êtes pas d’accord, c’est comme ça, c’est inévitable. C’est pourquoi notre maire a dit qu’on était repliés sur nous-mêmes. Il faut dire que notre maire est bien placé dans la métropole. Il est sous chef de l’agglomération et conseiller au département. Il a loupé le coche pour être député. Il racontait aux gens que c’est à Paris que que les décisions se prennent. Il a raison de nous prendre pour des imbéciles, tant qu’on est assez bêtes pour le croire.

On se demandait qui allait s’opposer à cette machine fatale du progrès inévitable. On se demandait lequel d’entre nous allait être assez courageux pour oser faire de la politique dans cette ambiance de fatalité et de gestion des catastrophes désormais inévitables. C’est alors qu’est arrivé ce jeune de l’UMP, monsieur Olivia, qui a bien aimé mon idée d’avoir un vrai politique en face des gestionnaires de la fatalité, et qui a cru qu’on pouvait piquer une idée sans avoir derrière de quoi l’assumer.

Le problème, c’est d’avoir choisi l’UMP pour commencer une carrière dans la vie. L’UMP, c’est eux qui ont poussé le Traité de Lisbonne, avec leurs complices du PS, en violant à la fois la constitution française et la décision des français. Double viol, tournante maffieuse, pauvre Marianne. Josyan espère se faire élire sans nous dire ce qu’il pense de cette affaire scabreuse?

Josyan nous a pondu quatre paragraphes de blabla sur Le Petit Journal de Lattes. pour nous dire qu’il va finalement aider Cyril Meunier à souffler son écran de fumée sur l’insécurité (et cacher la cause de l’insécurité: la métropolisation de l’agglo et la transformation de Lattes en banlieue).

En voilà un qui tombe comme du pain béni pour notre maire, et dont on attend avec impatience qu’il prenne position sur le rôle de la réforme territoriale dans la transformation de notre commune en banlieue de la (future) Métropole.

Mais sans doute s’agit-il d’abord, pour ce jeune homme, de montrer à Cyril Meunier que l’UMP va l’aider à cacher la politique réelle derrière le spectacle de la politique. Quel ennui n’est-ce pas, la réforme territoriale?

Soyons réaliste, en voilà un qui ose vouloir encore nous faire croire que Nicolas Sarkozy, le pourfendeur de la République, et de la volonté du peuple, est un républicain.

En voilà un qui n’a pas l’intention de dire aux citoyens, transformés en spectateurs, que l’Union européenne les a privés de leurs institutions. En voilà un qui se gardera bien d’expliquer aux gens ce qu’est exactement la réforme territoriale et son rapport avec la dictature européenne.

C’est trop compliqué, trop long, on leur mettra des pom pom girls à la place, et des slogans créés par des agences de pub. Car il faut quand même de l’audace à Josyan pour venir faire le mariole en se présentant comme un politique face au gestionnaire de la fatalité, et nous sortir un discours fait de vent et de démagogie.

La réforme territoriale, c’est moins sexy que la communication sur les racailles, et notre petit monsieur va préférer jouer à qui communique le mieux et a le plus d’argent pour ça. Ne doutons pas que comme les autres, ils nous fera de belles affiches et de jolis plaquettes. Ceux qui acceptent ça méritent les élus qu’ils ont. Pas la peine de râler, ils peuvent s’estimer heureux que ce ne soit pas pire.

Dans le monde de Cyril Meunier, Josyan Olivia a de l’avenir. Notre maire lui fournira certainement les popcorns en gage de reconnaissance quand il sera réélu. Un opposant comme ça, je le répète, c’est du pain béni.

Comité des Régions, votre maire a-t-il entendu parler de quelque chose? – menez l’enquête!

Votre maire Cyril Meunier voudra certainement vous expliquer l’étrange disparition du Comité des Régions. Ce qui lui donnera l’occasion de vous confirmer que la disparition des services publics et tous les sujets importants, à part le tourisme, le cannabis et le mariage gay, ne sont plus du ressort de la France. C’est à la lourde bureaucratie européenne que votre élu de proximité (en dernière analyse) rend des comptes, comme tous les élus. Il se fera un devoir (et un plaisir) de vous expliquer par quel miracle radiophonique, télévisuel et journalistique on vous entretient dans l’illusion de Guignol et ses marionnettes. Car lui, n’étant pas une marionnette, il dira la vérité.

Vous savez que l’Union Européenne veut être plus proche des citoyens. Trois quart de sa production législative est mise en œuvre au niveau local. Vos élus locaux et vos concitoyens devraient être parfaitement au courant de l’existence du Comité des Régions, une institution créée dans le but de combler le fossé (pourquoi ne pas parler d’abîme océanique) entre le citoyen et le fonctionnaire européen.

Malheureusement, malgré mes appels à Bruxelles et à l’Hôtel des Régions de Montpellier, où j’ai eu la surprise de comprendre qu’on savait à peine de quoi je parle, je n’ai pas pu rencontrer ces fameux pèlerins qui me tendraient la perche vers les sommets lumineux de l’Europe . L’Europe c’est la Paie. La Paie, oui, parce qu’il y a pourtant des gens qui s’occupent de tout ça. Des aller-retours en avion. Des nuits d’Hôtel. Des notes de restaurant. Une assemblée. Des émargements qui vont avec. Bref, le Comité des régions est une institution sérieuse comme les autres, la seule difficulté est de trouver les pèlerins qui vous mettrons sur la piste démocratique de l’Europe C’est la Paie.

Ce n’est qu’une difficulté technique, comme vous le savez, l’Europe est encore en construction. C’est regrettable néanmoins, car le Comité des Régions est une des sept institutions définies expressément par le Traité de l’Union dans le but d’associer le niveau de gouvernement élu le plus proche du citoyen, c’est à dire votre maire, à cette magnifique entreprise financée par les amoureux de la liberté.

Votre maire doit donc être au courant et a du certainement déjà ouvrir un bureau d’information pour vous. Vous y apprendrez enfin pourquoi la France est en train de changer, le préposé vous montrera les textes, vous expliquera, et grâce au Comité, vous arrêterez d’embêter vos élus, qui n’y peuvent rien, la plupart ne sont même pas au courant où n’étaient pas là le jour du vote. Comme il y a des milliers de pages à lire, et que c’est ennuyeux, on vous servira des pop corns et on vous passera des films avec Richard Gere.

Allez, continuez de ne rien comprendre. Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls, il y en a des millions comme vous.